Anne-Valérie Gasc - Revue de l'ENSA-M

Enseignant – Chercheur

 

De manière générale, mon travail tisse un lien contradictoire entre les conditions d’apparition d’une oeuvre d’art et celles de la disparition de l’architecture.

Mon récent projet « Crash Box » par exemple, relève d’une expérimentation vidéo qui consiste à filmer des bâtiments démolis par foudroyage intégral depuis un point de vue intérieur, au plus proche des charges explosives. Les images ainsi capturées manifestent, dans le presque rien à voir de l’effondrement, l’échec du projet social porté par cette architecture de la reconstruction.

Mon nouveau projet « Les larmes du Prince » est basé sur une approche critique des stratégies de dissolution de l’architecture contemporaine. Depuis l’utopie d’une architecture de verre portée par la Gläserne Kette de Bruno Taut, en passant par l’esthétique ductile et transparente de l’architecture paramétrique, jusqu’à l’évanescence des «édifices-nuages», j’explore les fondements et questionne les limites de cette architecture de l’effacement ; j’invente les formes de son anéantissement.

Voir les articles d’Anne-Valérie Gasc